Soutenez la recherche
sur les maladies infantiles

Audrey Doucet

J’avais huit ans à l’époque, et ça faisait trois mois que je vomissais, que j’avais des maux de tête et des étourdissements. Ce n’est qu’une fois admise à l’hôpital...

Ce n’est qu’une fois admise à l’hôpital qu’on m’a trouvé deux tumeurs cérébrales cancéreuses, la principale au cervelet au-dessus de la colonne vertébrale, et l'autre au tronc cérébral.

Après une chirurgie, un mois de radiothérapie et plus d’un an de chimiothérapie, j’avais perdu beaucoup de poids parce qu’il m’était difficile de m’alimenter. J’ai donc dû être gavée de nuit par gastrostomie durant deux ans. Mon système s’étant affaibli après les traitements, j’ai aussi reçu 52 transfusions de sang et de plaquettes. Après des années de suivis médicaux, on peut maintenant dire que je suis guérie. Aujourd’hui, j’ai 24 ans et je me trouve chanceuse de m’en être sortie. Sans ces traitements, je ne serais peut-être plus là.

Sauf que…

La longue chevelure blonde que j'avais, enfant, ne repoussera jamais en entier à cause de la radiothérapie; mon système s’est affaibli et je suis vite fatiguée; parce qu’on a dû m’enlever des vertèbres lors de l’opération, je souffre d’une scoliose et de tensions douloureuses chroniques; de plus, ma faible capacité physique affecte mon équilibre et limite mes activités…

J’ai mené un réel combat pour ma vie et je continue de me battre aujourd’hui pour pouvoir en profiter le plus possible. En y mettant les efforts, je suis parvenue à finir mes études secondaires. Je n’aurai peut-être jamais la chance d’avoir un travail, mais j’ai des activités enrichissantes dans le milieu du chant et de l'artisanat qui me permettent de me dépasser et d’être fière de moi.

Oui, je suis chanceuse. Mais je pense que vous serez d’accord avec moi, ce serait triste que d’autres enfants souffrent des mêmes séquelles que moi. Seule la recherche peut faire en sorte que ça se passe mieux pour eux.

Déjà, la médecine a fait des progrès en 15 ans. Mais il y a toujours place à l’amélioration pour les enfants qui doivent surmonter la même épreuve. Tant que la maladie continuera de faire des ravages, toutes les raisons de soutenir la Fondation des étoiles seront bonnes.

Un petit geste peut améliorer la vie d’enfants malades et leur redonner le sourire. Alors je vous en prie, faites comme moi et continuez de donner pour que des enfants puissent guérir et avoir une belle vie!

Audrey Doucet
Donatrice à la Fondation des étoiles