Soutenez la recherche
sur les maladies infantiles

Un outil pour prévenir les dommages chez les enfants d’extrême prématurité

Le financement remis par la Fondation des étoiles, a servi à Dr Pellerin de débuter son projet de recherche et d'accumuler des données préliminaires. Cette grande étape essentielle lui a permis d'obtenir une subvention 20 fois plus importante des instituts de recherche en santé du Canada, réparti sur 3 ans. Tout un effet de levier !

Retour à la liste de nouvelles

La Fondation des étoiles a le privilège de côtoyer des chercheurs de tous les champs d’expertise. Depuis le mois de février, nous vous partagerons des projets de recherche sur différents axes de la recherche pédiatrique. Ainsi vous découvrez une multitude d’avancements scientifiques bien vulgarisés. Pour le mois de mai, nous mettons l’accent sur la santé périnatal des enfants.

Retour historique

En 1963, le fils de John F Kennedy et de Jacqueline Kennedy naissait à 34 semaines. Il développa ce qu’on appelle une maladie des membranes hyalines. En bref, son poumon était immature et trop rigide. Il est mort 39 heures après sa naissance. Le fils d’un président américain en exercice est décédé des suites d’une prématurité légère, sans que la médecine puisse y faire quoi que ce soit. Cet événement a contribué à un essor important en recherche néonatale où le Canada a participé grandement. Aujourd’hui, 50 ans plus tard, un enfant né à 34 semaines au Canada n’est pratiquement plus en danger. Le gros de la mortalité et des séquelles survient chez les patients nés à moins de 27 semaines d’âge gestationnel. Plus de 99% des enfants nés à 30 semaines de gestation et plus survivront à la période néonatale. En revanche, plusieurs d’entre eux devront recevoir des soins importants avant de pouvoir retourner à la maison.

Les avancements d’aujourd’hui

Étienne Fortin-Pellerin, chercheur junior au centre de recherche du CHUS Sherbrooke a reçu un financement de la Fondation des étoiles pour débuter son projet de recherche sur la ventilation liquidienne comme outils pour prévenir les dommages pulmonaires chez les enfants d’extrême prématurité. Cette grande étape essentielle lui a permis d'obtenir une subvention 20 fois plus importante des instituts de recherche en santé du Canada, réparti sur 3 ans. Tout un effet de levier !

Le processus en ventilation liquidienne consiste à remplir les poumons avec un liquide de la famille des perfluorocarbones, connu pour transporter de grandes quantités d’oxygène, et à échanger ce liquide grâce à un ventilateur dédié conçu à Sherbrooke. Selon le chercheur Fortin-Pellerin, son équipe est celle la plus à même d’amener cette technologie en clinique à terme. Son programme de recherche principal se concentre donc sur l’amélioration des soins aux patients les plus immatures de l’unité néonatale soit la pointe de l’iceberg de la prématurité.

En tant que néonatologiste, le chercheur junior est confronté au quotidien à la prématurité. Dans les sociétés occidentales, 7 à 12% des nouveau-nés naissent prématurément. Malgré ces chiffres impressionnants, peu de gens sont au fait de cette problématique et les familles qui y sont confrontées subissent un stress intense. Ils sont plongés dans l’inconnu. Son travail consiste à soutenir la vie pendant cette période difficile. Grâce aux progrès de la médecine, la vaste majorité des nouveau-nés traités à l’unité de soins intensifs néonataux survivront sans séquelles à leur prématurité. **Mais il faut réaliser à quel point la recherche en néonatologie a changé le devenir de ces enfants. **